Outdated version of the documentation. Find the latest one here.

Outils globaux

Identifier les entités

Identifier les entités vous permet d’interagir avec le canevas de carte et d’afficher les attributs de données dans une fenêtre. Pour identifier une entité, utilisez Vue ‣ Identifier les entités ou Ctrl+Shift+I, ou cliquez sur l’icône mActionIdentify Identifier les entités dans la barre d’outils.

Si vous cliquez sur des entités, cette fenêtre pop-up listera les attributs de toutes ces entités. Le premier élément correspond au numéro de la couche suivi du nom de la couche. Sous chaque couche, on trouve le nom d’un champ de la couche et sa valeur pour les entités identifiées. Enfin, toutes les informations des entités sont affichées.

Cette fenêtre se personnalise pour afficher les champs choisis mais par défaut, trois types d’information sont affichées :

  • Actions : il est possible de lancer des actions depuis la fenêtre d’identification. Une action se lance en cliquant sur son nom. Par défaut, seule une action est présente et permet d’Afficher le formulaire de l’entité.

  • Dérivé : ces informations sont calculées ou dérivées d’autres informations. Vous y trouverez les coordonnées du point cliqué, les coordonnées X Y pour un point, l’aire et le périmètre dans les unités de la carte pour un polygone, la longueur dans les unités de la carte pour une ligne et l’identifiant de l’entité.

  • Données attributaires : il s’agit de la liste des champs attributaires et leur valeur pour l’entité identifiée.

Figure Identify 1:

../../../_images/identify_features.png

Fenêtre d’identification des entités nix (Gnome)

En bas de la fenêtre, vous trouverez cinq boutons :

  • mActionIdentifyExpand Déplier

  • mActionIdentifyCollapse Replier

  • mActionIdentifyDefaultExpand Comportement par défaut

  • mActionIdentifyCopyAttributes Copier les attributs

  • mActionIdentifyPrint Imprimer la réponse HTML sélectionnée

D’autres fonctionnalités sont accessibles en faisant apparaitre un menu par un clic-droit sur une des lignes de la fenêtre.

Ce menu permet de :

  • Afficher le formulaire de l’entité

  • Zoomer sur l’entité

  • Copier l’entité : copie toute l’entité, c’est-à-dire sa géométrie et ses attributs ;

  • Copier les valeurs d’attributs : copie uniquement les valeurs d’attributs de l’entité identifiée ;

  • Copier les attributs des entités : copie uniquement les valeurs d’attributs mais de toutes les entités ;

  • Lâcher les résultats : la fenêtre de résultats est vidée

  • Masquer la surbrillance : la surbrillance des entités identifiées sur la carte est retirée

  • Tout mettre en surbrillance

  • Mettre la couche en surbrillance

  • Propriétés de la couche : ouvre la fenêtre de propriétés de la couche

  • Tout déplier

  • Tout replier

Raccourcis clavier

QGIS fournit des raccourcis claviers par défaut pour de nombreuses fonctionnalités. Vous les trouverez dans la section Barre de Menu. Le sous-menu Préférences ‣ Configurer les raccourcis... permet de personnaliser ces raccourcis clavier et d’en définir pour les autres fonctionnalités de QGIS listées.

Figure Shortcuts 1:

../../../_images/shortcuts.png

Définir les options des raccourcis nix (Gnome)

La configuration est très simple. Sélectionnez une action dans la liste et cliquez sur le bouton [Changement], [Ne rien mettre] ou [Définir par défaut]. Lorsque vous êtes satisfait de votre configuration, vous pouvez la sauver dans un fichier XML en vue de charger ce dernier dans un autre environnement d’exécution de QGIS (sur un autre ordinateur par exemple).

Aide contextuelle

Lorsque le besoin d’aide se fait sentir sur un sujet spécifique, vous pouvez accéder à l’aide contextuelle via le bouton Aide disponible dans la plupart des fenêtres de dialogue - notez que les extensions additionnelles peuvent pointer vers des pages web dédiées.

Rendu

Par défaut, QGIS effectue le rendu de toutes les couches visibles à chaque fois que l’affichage de la carte a besoin d’être mis à jour. Les évènements qui déclenchent ce rafraîchissement incluent :

  • l’ajout d’une couche

  • le déplacement ou le zoom

  • Redimensionnement de la fenêtre de QGIS

  • la modification de la visibilité d’une ou plusieurs couches

QGIS vous laisse contrôler le processus de rendu de plusieurs manières.

Rendu dépendant de l’échelle

Le rendu dépendant de l’échelle permet de spécifier les échelles minimale et maximale auxquelles la couche doit être visible. Pour définir une échelle de rendu, ouvrez la fenêtre de Propriétés en double-cliquant sur une couche dans la légende et dans l’onglet Général, cochez la case checkboxVisibilité dépendante de l’échelle puis saisissez les valeurs voulues.

Vous pouvez déterminer les valeurs d’échelle en zoomant au niveau que vous voulez utiliser et en notant les valeurs de la barre d’état de QGIS.

Contrôler le rendu

Le rendu de la carte peut être contrôlé de différentes manières :

Suspendre le rendu

Pour suspendre le rendu, cliquez sur la case checkbox Rendu dans le coin inférieur droit de la barre de statut. Quand cette case n’est pas cochée, QGIS ne redessine pas la carte en réponse aux évènements décrits dans la section Rendu. Voici quelques cas pour lesquels vous pourriez souhaiter ce comportement :

  • l’ajout d’un nombre important de couches et la définition de leur sémiologie avant de les afficher,

  • l’ajout d’une ou plusieurs couches lourdes et le choix d’un rendu dépendant de l’échelle avant leur affichage,

  • l’ajout d’une ou plusieurs couches lourdes et le zoom sur un endroit spécifique avant l’affichage,

  • n’importe quelle combinaison des éléments précédents.

Cocher la case checkbox Rendu activera de nouveau le rendu et provoquera un rafraîchissement immédiat de la carte.

Définir les options d’ajout de couche

Il est possible de définir une option qui chargera toutes les nouvelles couches sans les dessiner, elles seront ajoutées à la carte, mais la case de visibilité sera décochée par défaut. Pour définir cette option, sélectionnez l’option Préférences ‣ Options ‣ et cliquez sur l’onglet Rendu. Décochez la case checkbox Par défaut les couches supplémentaires sont affichées. Les nouvelles couches ajoutées à la carte seront invisibles par défaut.

Une autre option du menu Préférences‣ Options ‣ Rendu est la case à cocher checkbox Activer la mémoire tampon d’arrière-plan. Elle offre de meilleures performances graphiques au détriment de la possibilité d’annuler le rendu et l’affichage des entités au fur et à mesure qu’elles sont lues dans la table. Si cette option est décochée, vous pouvez définir un ‘Nombre d’entités à afficher avant d’actualiser l’affichage’, sinon, ceci est désactivé.

Enfin, vous pouvez cocher checkbox Utiliser le cache du rendu si possible pour accélérer l’affichage.

Arrêter le rendu

Pour arrêter le rendu de la carte, appuyez sur la touche ESC. Ceci stoppera le rafraîchissement de la vue de la carte et laissera la carte partiellement dessinée. Il est possible qu’il y ait un délai entre le moment où la touche est pressée et le moment où le rendu de la carte est effectivement arrêté.

Note

Il n’est actuellement pas possible d’arrêter le rendu de cette manière - cette fonctionnalité a été désactivée lors du port vers qt4 du fait d’instabilités.

Mettre à jour l’affichage de la carte pendant le rendu de l’affichage

Vous pouvez définir une option pour mettre à jour l’affichage de la carte quand des entités sont dessinées. Par défaut, QGIS n’affiche pas les entités d’une couche tant que la couche n’a pas été rendue entièrement. Pour mettre à jour l’affichage à mesure que les entités sont lues dans la table attributaire, sélectionnez le menu Préférences ‣ Options puis l’onglet Rendu. Mettez comme valeur le nombre d’entités à mettre à jour durant le rendu. Si elle est égale à 0, cela désactive la mise à jour durant le dessin (c’est la valeur par défaut). Une valeur trop basse risque d’impacter les performances, car la vue de la carte sera constamment mise à jour durant la lecture des entités. Il est suggéré de commencer à 500.

Influencer la qualité du rendu

Pour influencer la qualité du rendu de la carte vous avez deux possibilités. Dans le menu Préférences ‣ Options puis l’onglet Rendu et sélectionnez ou désélectionnez les cases suivantes :

  • checkbox Les lignes semblent moins déchiquetées aux dépens d’une certaine vitesse d’exécution

  • checkbox Corriger les polygones remplis de manière erronée

Mesurer

Les mesures fonctionnent uniquement au sein des systèmes de coordonnées projetées (par exemple : UTM, Lambert 93) et pour les données sans système de coordonnées. Si la couche active est définie par un système de coordonnées géographiques (latitude/longitude), les résultats d’une mesure de ligne ou d’aires seront incorrects. Pour y remédier, vous devez spécifier un système de coordonnées plus approprié (voir Section Utiliser les projections). Les outils de mesure utilisent les paramètres d’accrochage de l’outil de numérisation. C’est utile pour mesurer des distances et des aires pour des couches vectorielles.

Pour sélectionner un outil de mesure, cliquez sur mActionMeasure puis sur l’outil voulu.

Mesurer des longueurs, des aires et des angles

mActionMeasure Mesurer une longueur: QGIS peut mesurer des distances réelles entre plusieurs points selon un ellipsoïde défini. Pour le configurer, allez dans le menu Préférences ‣ Options puis dans l’onglet Outils cartographiques, choisissez l’ellipsoïde approprié. Vous pouvez également modifier ici la couleur du trait, l’unité de mesure (mètre ou pied) et l’unité d’angle (degrés, radian ou grade). L’outil vous permet de placer des points sur la carte. La longueur de chaque segment s’affiche dans la fenêtre de mesure ainsi que la longueur cumulée totale. Pour stopper les mesures, faites un clic droit.

Figure Measure 1:

../../../_images/measure_line.png

Mesure de distance nix (Gnome)

mActionMeasureArea Mesurer une aire: Les aires peuvent aussi être mesurées. Dans la fenêtre de mesure apparaît la surface totale mesurée. En complément, l’outil de mesure s’accrochera à la couche sélectionnée à partir du moment où celle-ci à un seuil d’accrochage défini (voir la section Définir le rayon de tolérance d’accrochage et de recherche). Donc si vous voulez mesurer avec exactitude le long d’une ligne ou le contour d’un polygone, spécifiez d’abord un seuil d’accrochage puis sélectionnez la couche. Avec l’outil de mesure, chaque clic de souris (se situant dans ce seuil de tolérance) s’accrochera aux entités de cette couche.

Figure Measure 2:

../../../_images/measure_area.png

Mesure d’aire nix (Gnome)

mActionMeasureAngle Mesurer un angle: Vous pouvez aussi mesurer des angles. Le curseur adopte une forme en croix. Cliquez pour dessiner le premier côté de l’angle à mesurer puis bougez le curseur pour dessiner l’angle désiré. La mesure est affichée dans une fenêtre.

Figure Measure 3:

../../../_images/measure_angle.png

Mesure d’angle nix (Gnome)

Sélectionner et désélectionner des entités

La barre d’outils QGIS fournit plusieurs outils de sélection d’entités à partir du canevas de la carte. Pour sélectionner une ou plusieurs entités, cliquez sur mActionSelect et choisissez l’outil :

  • mActionSelect Sélection d’entités

  • mActionSelectRectangle Sélection d’entités avec un rectangle

  • mActionSelectPolygon Sélection d’entités avec un polygone

  • mActionSelectFreehand Sélection d’entités à main levée

  • mActionSelectRadius Sélection d’entités selon un rayon

Pour désélectionner toutes les entités, cliquez sur mActionDeselectAll Désélectionner toutes les entités.

Décorations

Les éléments de décorations dans QGIS incluent l’étiquette de Copyright, la flèche du nord et la barre d’échelle. Ils s’utilisent pour “décorer” la carte.

Graticule

transformed Grille permet d’ajouter un graticule et des coordonnées à la carte.

Figure Decorations 1:

../../../_images/grid_dialog.png

La fenêtre de Graticule nix

  1. Sélectionnez via le menu Vue ‣ Décorations ‣ Graticule. La fenêtre s’affiche (voir figure_decorations_1).

  2. Cochez la case checkbox Activer la grille et définissez les paramètres de la grille en fonction des couches chargées dans le canevas de carte.

  3. Cochez la case checkbox Dessiner une annotation et définissez les propriétés de l’annotation en fonction des couches chargées dans le canevas de carte.

  4. Cliquer sur [Appliquer] pour vérifier si le rendu est celui escompté.

  5. Cliquez sur le bouton [OK] pour appliquer et fermer la fenêtre.

Flèche du nord

north_arrow Flèche du nord place une simple flèche sur la carte. Pour le moment, seul un style de flèche est disponible. Vous pouvez modifier l’angle de la flèche ou laisser QGIS définir la direction automatiquement. Si vous choisissez cette dernière option, QGIS fait au mieux. Quatre options sont disponibles concernant l’emplacement, correspondant aux quatre coins de la carte.

Figure Decorations 3:

../../../_images/north_arrow_dialog.png

La fenêtre de flèche du nord nix

Échelle graphique

scale_bar Échelle graphique ajoute une simple barre d’échelle sur la carte. Vous choisissez le style, l’emplacement ainsi que les étiquettes de la barre.

Figure Decorations 4:

../../../_images/scale_bar_dialog.png

La fenêtre de barre d’échelle nix

QGIS permet uniquement d’afficher l’échelle dans la même unité que celle de la carte. Donc, si l’unité est le mètre, vous ne pouvez créer une échelle en pieds. De la même manière, si vous utilisez les degrés décimaux, vous ne pouvez afficher une échelle en mètres.

Pour ajouter une échelle graphique :

  1. Sélectionnez le menu Vue ‣ Décorations ‣ Échelle graphique. Une fenêtre s’affiche (voir figure_decorations_4)

  2. Choisissez un emplacement grâce à la liste déroulante Emplacement

  3. Choisissez le style via la liste déroulante Style de la barre d’échelle

  4. Sélectionnez la couleur via la liste déroulante Couleur de la barre ou laissez le noir définit par défaut

  5. Définissez la taille via la liste Taille de la barre

  6. Assurez-vous que la case checkbox Activer l’échelle graphique est cochée

  7. En option vous pouvez choisir d’arrondir à l’entier le plus proche lors d’un changement de zoom avec checkbox Arrondir automatiquement lors du changement de zoom

  8. CLiquez sur [OK]

Astuce

Paramètre des décorations

Lorsque vous sauvegardez un projet QGIS, toutes modifications faites sur le graticule, la flèche du nord, l’échelle graphique et le copyright seront sauvées dans le fichier de projet et restaurées à la prochaine ouverture du projet.

Outils d’annotation

L’outil mActionTextAnnotation Annotation de texte de la barre d’outils Attributs offre la possibilité de placer du texte formaté dans des bulles sur la carte. Sélectionnez l’outil Annotation de texte puis cliquez sur la carte.

Figure annotation 1:

../../../_images/annotation.png

La fenêtre d’annotation de texte nix

Un double clic dans l’emprise d’une annotation (matérialisée par quatre carrés aux angles) provoque l’ouverture d’une fenêtre de dialogue avec diverses options. Il y a un éditeur de texte avec quelques options (choix de la police de caractères, de la taille, de la graisse, etc.), le choix de la couleur de fond du cadre, ainsi que de la couleur et de l’épaisseur du contour. Il est également possible de choisir le marqueur. La position de ce dernier peut être soit fixe sur la carte soit relative à l’interface graphique et n’est pas impactée par la navigation dans la carte. La bulle peut être déplacée indépendamment du marqueur. Le déplacement du marqueur affecte l’ensemble de l’annotation.

L’outil mActionAnnotation Déplacer une annotation permet de déplacer l’annotation sélectionnée sur la carte.

Annotations HTML

L’outil mActionFormAnnotation Annotation HTML de la barre d’outils Attributs offre la possibilité de placer le contenu d’un fichier html dans une bulle sur la carte. Pour cela, sélectionnez l’outil Annotation HTML, cliquez quelque part dans la carte et ajoutez le chemin vers le fichier html dans la boîte de dialogue.

Annotations SVG

L’outil mActionSaveAsSVG Annotation SVG de la barre d’outils Attributs offre la possibilité de placer un symbole SVG dans une bulle sur la carte. Pour cela, sélectionnez l’outil Annotation SVG, cliquez quelque part dans la carte et ajoutez le chemin vers le fichier SVG dans la boîte de dialogue.

Formulaire d’annotation

En outre, vous pouvez créer vos propres formulaires d’annotation. L’outil mActionFormAnnotation Formulaire d’annotation est utile pour afficher les attributs d’une entité dans un formulaire qt personnalisé (voir figure_custom_annotation). L’approche est similaire à la conception de formulaires pour l’outil Identifier les entités, mais affiche les informations sous la forme d’une annotation. Pour un complément d’information, reportez-vous au blog http://blog.qgis.org/node/143.

Figure annotation 2:

../../../_images/custom_annotation.png

Le formulaire d’annotations qt personnalisé nix

Note

Si vous pressez les touches Ctrl+T alors que l’outil Annotation est activé (déplacement d’annotation, annotation de texte ou formulaire d’annotation), les annotations sont automatiquement cachées ou, inversement, rendues visibles.

Signets spatiaux

Les signets spatiaux vous permettent de marquer une zone de la carte pour y retourner plus tard.

Créer un signet

Pour créer un signet :

  1. Déplacez-vous sur la zone concernée.

  2. Sélectionnez le menu Vue ‣ Nouveau signet... ou appuyez sur les touches Ctrl-B.

  3. Entrez un nom pour décrire le signet (jusqu’à 255 caractères).

  4. Appuyez sur Entrée pour ajouter le signet ou sur [Annuler] pour sortir de la fenêtre sans l’enregistrer.

Notez que vous pouvez avoir plusieurs signets portant le même nom.

Travailler avec les signets

Pour utiliser ou gérer les signets allez dans le menu Vue ‣ Montrer les signets. La fenêtre Signets géospatiaux vous permet de rappeler ou d’effacer un signet. Vous ne pouvez pas modifier le nom d’un signet ou ses coordonnées.

Zoomer sur un signet

Depuis la fenêtre Signets géospatiaux, sélectionnez le signet voulu en cliquant dessus puis sur le bouton [Zoomer sur]. Vous pouvez aussi zoomer en opérant un double-clic.

Effacer un signet

Pour effacer un signet depuis la fenêtre Signets géospatiaux, cliquez dessus puis sur le bouton [Effacer]. Confirmez votre choix en cliquant sur [Oui] ou annuler en cliquant sur [Non].

Inclusion de projets

Si vous souhaitez inclure dans votre projet QGIS des couches ou des groupes de couches issus d’un autre projet, utilisez le menu Couches ‣ Intégrer des couches et des groupes.

Intégrer des couches

La fenêtre suivante vous permet d’intégrer des couches provenant d’autres projets QGIS :

  1. Cliquez sur browsebutton pour rechercher un autre projet dans le jeu de données Alaska.

  2. Sélectionnez le fichier de projet grassland. Vous en visualisez le contenu (voir figure_embed_dialog).

  3. Maintenez la touche Ctrl appuyée et sélectionnez les couches grassland et regions. Ces couches peuvent maintenant être intégrées à la légende et à la carte.

Figure Nesting 1:

../../../_images/embed_dialog.png

Sélection des couches et des groupes à intégrer nix

Bien que les couches intégrées soient éditables, vous ne pouvez pas en modifier le style et l’étiquetage.

Supprimer des couches intégrées

Faites un clic-droit sur la couche intégrée et sélectionnez mActionRemoveLayer Supprimer.

Ajouter une couche à partir d’un fichier texte délimité

Cet outil permet de charger un fichier texte délimité en tant que couche dans QGIS. Les paramètres suivants sont à définir :

  1. Le ** format de fichier** par défaut est radiobuttonon CSV (virgule). Si un autre séparateur est utilisé, cochez radiobuttonon délimiteur personnalisé et si chaque ligne du fichier est découpée à l’aide d’une expression régulière, alors cochez plutôt radiobuttonon expression régulière.

  2. Dans les options Enregistrement, il est à noter qu’un fichier texte fournit habituellement une ligne, en général la première, qui sert d’en-tête de fichier et contient les noms de champs. S’il n’y a pas de ligne d’en-tête dans votre fichier, désactivez en-têtes en 1ère ligne. Et si la ligne d’en-tête n’est pas la première ligne du fichier texte, définissez le nombre de lignes d’en-tête à ignorer.

  3. Dans les options Champs, vous pouvez supprimer les espaces de début et de fin des champs en activant checkbox Réduire les champs. Vous pouvez aussi checkbox Ignorer les champs vides dans chaque enregistrement et définir la checkbox virgule en séparateur décimal. Sinon, c’est le point qui sera utilisé.

  4. Dans Définition de la géométrie, un fichier texte classique est un radiobuttonon Point. Cela signifie qu’il doit y avoir des champs ‘X’ et ‘Y’ contenant les valeurs des coordonnées. Si toutefois, le fichier texte fournit une description en radiobuttonon Well Known Text, un champ ‘WKT’ doit exister et décrire les géométries des objets point, ligne ou polygone. Ces champs peuvent porter n’importe quel nom. Si le fichier texte n’est qu’une table d’attributs, alors définissez radiobuttonon Pas de géométrie. Les coordonnées x et y doivent être numériques. Le système de coordonnées n’est pas important. Si les valeurs sont définies en degré/minutes/secondes, alors cochez checkbox Coordonnées DMS.

  5. Dans les Paramètres de la couche, vous pouvez activer checkbox Index spatial pour améliorer les performances d’affichage et de sélection graphique des entités. Vous pouvez choisir d’utiliser un checkbox Index des sous-ensembles et checkbox Surveiller le fichier afin de surveiller les modifications apportées au fichier par d’autres applications, pendant le traitement de QGIS.

Comme exemple de fichier texte valide, nous pouvons importer le fichier point d’élévation elevp.csv fourni avec le jeu de données échantillon de QGIS (voir la Section Échantillon de données) :

X;Y;ELEV
-300120;7689960;13
-654360;7562040;52
1640;7512840;3
[...]

Nous noterons les points suivants à propos du fichier texte :

  1. Le fichier texte d’exemple utilise le ; comme délimiteur. N’importe quel caractère peut être utilisé comme délimiteur de champ.

  2. La première ligne est la ligne d’en-tête. Il contient les champs X, Y et ELEV.

  3. Les guillemets (") ne peuvent pas être utilisés pour délimiter les champs textes.

  4. Les coordonnées x sont incluses dans le champ X.

  5. Les coordonnées y sont incluses dans le champ Y.

Exemple d’utilisation

Appuyez sur l’icône delimited_text Ajouter une couche de texte délimité de la barre d’outils Contrôle des couches pour ouvrir la boîte de dialogue Créer une couche depuis un fichier à texte délimité comme montré dans la figure figure_delimited_text_1.

Figure Delimited Text 1:

../../../_images/delimited_text_dialog.png

La fenêtre d’édition de texte délimitée

Sélectionnez d’abord le fichier à importer (par exemple, qgis_sample_data/csv/elevp.csv) en appuyant sur le bouton [Parcourir...]. Une fois le fichier sélectionné, QGIS tente d’analyser le fichier en utilisant le dernier délimiteur utilisé, dans le cas présent le point-virgule (;). Afin d’analyser correctement le fichier, il est important de sélectionner le bon délimiteur. Pour changer et utiliser le délimiteur tabulation, utilisez \t (c’est l’expression en vigueur pour indiquer le caractère tabulation).

Une fois le fichier analysé, procédez à la Définition de la géométrie en sélectionnant radiobuttononPoint et renseignez les champs X et Y à l’aide des listes déroulantes correspondantes. Choisissez un nom de couche (par exemple, elevp) comme indiqué sur sur la figure figure_delimited_text_1. Pour ajouter la nouvelle couche à la carte, cliquez sur [OK]. Le fichier texte délimité se comporte maintenant dans QGIS comme n’importe quelle autre couche de la carte.