2. Premiers Pas

2.1. Installation sur systèmes Debian

Nous donnons un guide d’installation court et simple pour une configuration de travail minimale sur les systèmes basés sur Debian (y compris Ubuntu et dérivés). Cependant, de nombreuses autres distributions et systèmes d’exploitation fournissent des packages pour QGIS Server.

Les prérequis et étapes pour ajouter des dépôts officiels de QGIS afin d’installer la version actuelle de QGIS Server sur un système basé sur Debian sont indiqués dans la page des installateurs QGIS.

Note

Dans Ubuntu, vous pouvez utiliser votre utilisateur le plus couramment utilisé, en ajoutant sudo aux commandes nécessitant des autorisations administrateur. Dans Debian, vous pouvez travailler en tant qu’administrateur (root), sans utiliser sudo.

Nous vous suggérons fortement d’installer la version LTR.

Une fois le référentiel choisi configuré, l’installation se fait simplement avec:

apt install qgis-server --no-install-recommends --no-install-suggests
# if you want to install server Python plugins, also:
apt install python-qgis

Pour tester l’installation, lancez :

/usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi

Si vous obtenez la sortie suivante, le serveur est correctement installé

QFSFileEngine::open: No file name specified
Warning 1: Unable to find driver ECW to unload from GDAL_SKIP environment variable.
Warning 1: Unable to find driver ECW to unload from GDAL_SKIP environment variable.
Warning 1: Unable to find driver JP2ECW to unload from GDAL_SKIP environment variable.
Warning 1: Unable to find driver ECW to unload from GDAL_SKIP environment variable.
Warning 1: Unable to find driver JP2ECW to unload from GDAL_SKIP environment variable.
Content-Length: 206
Content-Type: text/xml; charset=utf-8

<ServiceExceptionReport version="1.3.0" xmlns="https://www.opengis.net/ogc">
 <ServiceException code="Service configuration error">Service unknown or unsupported</ServiceException>
</ServiceExceptionReport>

Ajoutons un exemple de projet. Vous pouvez utiliser les vôtres ou l’une des données de démonstration de la formation :

mkdir /home/qgis/projects/
cd /home/qgis/projects/
wget https://github.com/qgis/QGIS-Training-Data/archive/v2.0.zip
unzip v2.0.zip
mv QGIS-Training-Data-2.0/exercise_data/qgis-server-tutorial-data/world.qgs .
mv QGIS-Training-Data-2.0/exercise_data/qgis-server-tutorial-data/naturalearth.sqlite .

Bien entendu, vous pouvez utiliser votre logiciel SIG préféré pour ouvrir ce fichier et jeter un coup d’œil à la configuration et aux couches disponibles.

Pour déployer correctement QGIS Server, vous avez besoin d’un serveur HTTP. Les choix recommandés sont Apache ou NGINX.

2.1.1. Apache HTTP Server

Note

Dans ce qui suit, veuillez remplacer localhost par le nom ou l’adresse IP de votre serveur.

Installez Apache et mod_fcgid:

apt install apache2 libapache2-mod-fcgid

Vous pouvez faire fonctionner QGIS Server sur votre site web par défaut, ou alors configurer un hôte virtuel (virtualhost), comme cela est présenté ci-dessous.

Dans le répertoire /etc/apache2/sites-available, créons un fichier nommé qgis.demo.conf, avec ce contenu :

<VirtualHost *:80>
  ServerAdmin [email protected]
  ServerName qgis.demo

  DocumentRoot /var/www/html

  # Apache logs (different than QGIS Server log)
  ErrorLog ${APACHE_LOG_DIR}/qgis.demo.error.log
  CustomLog ${APACHE_LOG_DIR}/qgis.demo.access.log combined

  # Longer timeout for WPS... default = 40
  FcgidIOTimeout 120

  FcgidInitialEnv LC_ALL "en_US.UTF-8"
  FcgidInitialEnv PYTHONIOENCODING UTF-8
  FcgidInitialEnv LANG "en_US.UTF-8"

  # QGIS log
  FcgidInitialEnv QGIS_SERVER_LOG_STDERR 1
  FcgidInitialEnv QGIS_SERVER_LOG_LEVEL 0

  # default QGIS project
  SetEnv QGIS_PROJECT_FILE /home/qgis/projects/world.qgs

  # QGIS_AUTH_DB_DIR_PATH must lead to a directory writeable by the Server's FCGI process user
  FcgidInitialEnv QGIS_AUTH_DB_DIR_PATH "/home/qgis/qgisserverdb/"
  FcgidInitialEnv QGIS_AUTH_PASSWORD_FILE "/home/qgis/qgisserverdb/qgis-auth.db"

  # Set pg access via pg_service file
  SetEnv PGSERVICEFILE /home/qgis/.pg_service.conf
  FcgidInitialEnv PGPASSFILE "/home/qgis/.pgpass"

  # if qgis-server is installed from packages in debian based distros this is usually /usr/lib/cgi-bin/
  # run "locate qgis_mapserv.fcgi" if you don't know where qgis_mapserv.fcgi is
  ScriptAlias /cgi-bin/ /usr/lib/cgi-bin/
  <Directory "/usr/lib/cgi-bin/">
    AllowOverride None
    Options +ExecCGI -MultiViews -SymLinksIfOwnerMatch
    Order allow,deny
    Allow from all
    Require all granted
  </Directory>

 <IfModule mod_fcgid.c>
 FcgidMaxRequestLen 26214400
 FcgidConnectTimeout 60
 </IfModule>

</VirtualHost>

Pour aller plus loin :

Vous pouvez faire ce qui précède dans un système Linux Desktop en collant et en sauvegardant la configuration ci-dessus après avoir fait :

nano /etc/apache2/sites-available/qgis.demo.conf

Note

Certaines des options de configuration sont expliquées dans la section des variables d’environnement du serveur.

Créons maintenant les répertoires qui stockeront les logs du serveur QGIS et ceux de la base de données d’authentification :

mkdir -p /var/log/qgis/
chown www-data:www-data /var/log/qgis
mkdir -p /home/qgis/qgisserverdb
chown www-data:www-data /home/qgis/qgisserverdb

Note

www-data est l’utilisateur Apache sur les systèmes basés sur Debian et il faut qu’Apache accède à ces répertoires et aux fichiers qu’ils contiennent. La commande chown www-data... attribue la propriété des fichiers et répertoires à www-data.

Nous pouvons maintenant activer l’hôte virtuel, ainsi que le mode fcgid si ce n’est pas déjà le cas.

a2enmod fcgid
a2ensite qgis.demo

Redémarrez maintenant Apache pour que la nouvelle configuration soit prise en compte :

systemctl restart apache2

Maintenant qu’Apache sait qu’il doit répondre aux demandes adressées à http://qgis.demo, nous devons également configurer le système client de manière à ce qu’il sache qui est qgis.demo. Pour ce faire, nous ajoutons 127.0.0.1 qgis.demo dans le fichier hosts. Nous pouvons le faire avec sh -c "echo '127.0.0.1 qgis.demo' >> /etc/hosts". Remplacez 127.0.0.1 par l’IP de votre serveur.

Note

Rappelez-vous que les fichiers myhost.conf et /etc/hosts doivent être configurés pour que votre installation fonctionne. Vous pouvez également tester l’accès QGIS Server à partir d’autres clients sur le réseau (par exemple des machines Windows ou MacOS) en allant dans leur fichier /etc/hosts et en faisant pointer le nom myhost vers l’adresse IP de la machine serveur sur le réseau (non pas sur 127.0.0.1 car c’est l’IP locale, uniquement accessible depuis la machine locale). Sur les machines *nix, le fichier hosts est situé dans le répertoire /etc, alors que sous Windows, il se trouve dans le répertoire C:\Windows\System32\drivers\etc. Sous Windows, vous devez démarrer votre éditeur de texte avec des privilèges d’administrateur avant d’ouvrir le fichier hosts.

QGIS Server est maintenant disponible sur http://localhost/qgisserver. Pour vérifier, tapez dans un navigateur, comme dans ce simple cas :

http://localhost/qgisserver/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi?SERVICE=WMS&VERSION=1.3.0&REQUEST=GetCapabilities

2.1.2. NGINX HTTP Server

Note

Dans ce qui suit, veuillez remplacer localhost par le nom ou l’adresse IP de votre serveur.

Vous pouvez également utiliser QGIS Server avec NGINX. Contrairement à Apache, NGINX ne génère pas automatiquement des processus FastCGI. Les processus FastCGI doivent être démarrés autrement.

Pour installer NGINX :

apt install nginx
  • Comme première option, vous pouvez utiliser spawn-fcgi ou fcgiwrap pour démarrer et gérer les processus de QGIS Server. Des paquets Debian officiels existent pour les deux. Lorsque vous n’avez pas X serveur en fonctionnement et que vous avez besoin, par exemple, d’imprimer, vous pouvez utiliser xvfb.

  • Une autre option consiste à s’appuyer sur Systemd, le système d’initialisation pour GNU / Linux que la plupart des distributions Linux utilisent aujourd’hui. L’un des avantages de cette méthode est qu’elle ne nécessite aucun autre composant ou processus. Il est censé être simple, mais robuste et efficace pour les déploiements de production.

2.1.2.1. Configuration de NGINX

L” include fastcgi_params; utilisé dans la configuration précédente est important, car il ajoute les paramètres de /etc/nginx/fastcgi_params :

fastcgi_param  QUERY_STRING       $query_string;
fastcgi_param  REQUEST_METHOD     $request_method;
fastcgi_param  CONTENT_TYPE       $content_type;
fastcgi_param  CONTENT_LENGTH     $content_length;

fastcgi_param  SCRIPT_NAME        $fastcgi_script_name;
fastcgi_param  REQUEST_URI        $request_uri;
fastcgi_param  DOCUMENT_URI       $document_uri;
fastcgi_param  DOCUMENT_ROOT      $document_root;
fastcgi_param  SERVER_PROTOCOL    $server_protocol;
fastcgi_param  REQUEST_SCHEME     $scheme;
fastcgi_param  HTTPS              $https if_not_empty;

fastcgi_param  GATEWAY_INTERFACE  CGI/1.1;
fastcgi_param  SERVER_SOFTWARE    nginx/$nginx_version;

fastcgi_param  REMOTE_ADDR        $remote_addr;
fastcgi_param  REMOTE_PORT        $remote_port;
fastcgi_param  SERVER_ADDR        $server_addr;
fastcgi_param  SERVER_PORT        $server_port;
fastcgi_param  SERVER_NAME        $server_name;

# PHP only, required if PHP was built with --enable-force-cgi-redirect
fastcgi_param  REDIRECT_STATUS    200;

De plus, vous pouvez utiliser certaines Variables d’environnement pour configurer QGIS Server. Dans le fichier de configuration NGINX, /etc/nginx/nginx.conf, vous devez utiliser l’instruction fastcgi_param pour définir ces variables comme indiqué ci-dessous :

location /qgisserver {
     gzip           off;
     include        fastcgi_params;
     fastcgi_param  QGIS_SERVER_LOG_STDERR  1;
     fastcgi_param  QGIS_SERVER_LOG_LEVEL   0;
     fastcgi_pass   unix:/var/run/qgisserver.socket;
 }

2.1.2.2. FastCGI wrappers

Avertissement

fcgiwrap est plus facile à mettre en place que spawn-fcgi, car il est déjà intégré dans un service Systemd. Mais il conduit aussi à une solution beaucoup plus lente que l’utilisation de spawn-fcgi. Avec fcgiwrap, un nouveau processus QGIS Server est créé à chaque demande, ce qui signifie que le processus d’initialisation QGIS Server, qui comprend la lecture et l’analyse du fichier de projet QGIS, est effectué à chaque demande. Avec spawn-fcgi, le processus QGIS Server reste en fonction entre les demandes, ce qui se traduit par une bien meilleure performance. C’est pourquoi il est recommandé d’utiliser spawn-fcgi en production.

2.1.2.2.1. spawn-fcgi

Si vous voulez utiliser spawn-fcgi, la première étape est d’installer le paquet :

apt install spawn-fcgi

Ensuite, introduisez le bloc suivant dans votre configuration de serveur NGINX :

location /qgisserver {
    gzip           off;
    include        fastcgi_params;
    fastcgi_pass   unix:/var/run/qgisserver.socket;
}

Et redémarrez NGINX pour prendre en compte la nouvelle configuration :

systemctl restart nginx

Enfin, étant donné qu’il n’y a pas de fichier de service par défaut pour spawn-fcgi, vous devez démarrer manuellement QGIS Server dans votre terminal :

spawn-fcgi -s /var/run/qgisserver.socket \
                -U www-data -G www-data -n \
                /usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi

QGIS Server est maintenant disponible sur http://localhost/qgisserver.

Note

Lorsque vous utilisez spawn-fcgi, vous pouvez définir directement les variables d’environnement avant de lancer le serveur. Par exemple : export QGIS_SERVER_LOG_STDERR=1

Bien entendu, vous pouvez ajouter un script d’initialisation pour démarrer QGIS Server au démarrage ou à tout moment. Par exemple avec systemd, éditez le fichier /etc/systemd/system/qgis-server.service avec ce contenu :

[Unit]
Description=QGIS server
After=network.target

[Service]
;; set env var as needed
;Environment="LANG=en_EN.UTF-8"
;Environment="QGIS_SERVER_PARALLEL_RENDERING=1"
;Environment="QGIS_SERVER_MAX_THREADS=12"
;Environment="QGIS_SERVER_LOG_LEVEL=0"
;Environment="QGIS_SERVER_LOG_STDERR=1"
;; or use a file:
;EnvironmentFile=/etc/qgis-server/env

ExecStart=spawn-fcgi -s /var/run/qgisserver.socket -U www-data -G www-data -n /usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi

[Install]
WantedBy=multi-user.target

Ensuite, activez et démarrez le service :

systemctl enable --now qgis-server

Avertissement

Avec les commandes ci-dessus, spawn-fcgi n’engendre qu’un seul process QGIS Server.

2.1.2.2.2. fcgiwrap

L’utilisation de fcgiwrap est beaucoup plus facile à configurer que spawn-fcgi mais elle est beaucoup plus lente. Vous devez d’abord installer le package correspondant :

apt install fcgiwrap

Ensuite, introduisez le bloc suivant dans votre configuration de serveur NGINX :

1
2
3
4
5
6
  location /qgisserver {
      gzip           off;
      include        fastcgi_params;
      fastcgi_pass   unix:/var/run/fcgiwrap.socket;
      fastcgi_param  SCRIPT_FILENAME /usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi;
  }

Enfin, redémarrez NGINX et fcgiwrap pour prendre en compte la nouvelle configuration :

systemctl restart nginx
systemctl restart fcgiwrap

QGIS Server est maintenant disponible sur http://localhost/qgisserver.

2.1.2.3. Systemd

QGIS Server a besoin d’un Serveur X en fonctionnement pour être utilisable, notamment pour l’impression. Si vous disposez déjà d’un serveur X en fonctionnement, vous pouvez utiliser les services Systemd.

Cette méthode, pour déployer QGIS Server, s’appuie sur deux services Systemd :

QGIS Server Socket définit et crée une socket de système de fichiers, utilisée par NGINX pour démarrer et communiquer avec QGIS Server. L’unité Socket doit être configurée avec Accept=false, ce qui signifie que les appels à l’appel système accept() sont délégués au processus créé par Service unit. Il se trouve dans /etc/systemd/system/qgis-server@.socket, qui est en fait un modèle:

[Unit]
Description=QGIS Server Listen Socket (instance %i)

[Socket]
Accept=false
ListenStream=/var/run/qgis-server-%i.sock
SocketUser=www-data
SocketGroup=www-data
SocketMode=0600

[Install]
WantedBy=sockets.target

Maintenant, activez et démarrez les sockets :

for i in 1 2 3 4; do systemctl enable --now [email protected]$i.socket; done

Service unit QGIS Server définit et démarre le processus QGIS Server. L’important est que l’entrée standard du processus de service soit connectée à la prise définie par l’unité Socket. Cela doit être configuré en utilisant StandardInput = socket dans la configuration Service unit située dans /etc/systemd/system/qgis-server@.service:

[Unit]
Description=QGIS Server Service (instance %i)

[Service]
User=www-data
Group=www-data
StandardOutput=null
StandardError=journal
StandardInput=socket
ExecStart=/usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi
EnvironmentFile=/etc/qgis-server/env

[Install]
WantedBy=multi-user.target

Note

Les variables d’environnement de QGIS Server sont définies dans un fichier séparé, /etc/qgis-server/env. Il pourrait ressembler à ceci :

QGIS_PROJECT_FILE=/etc/qgis/myproject.qgs
QGIS_SERVER_LOG_STDERR=1
QGIS_SERVER_LOG_LEVEL=3

Maintenant, lancez le service de socket:

for i in 1 2 3 4; do systemctl enable --now [email protected]$i.service; done

Enfin, pour le serveur HTTP NGINX, introduisons la configuration de ce paramétrage :

upstream qgis-server_backend {
   server unix:/var/run/qgis-server-1.sock;
   server unix:/var/run/qgis-server-2.sock;
   server unix:/var/run/qgis-server-3.sock;
   server unix:/var/run/qgis-server-4.sock;
}

server {
   

   location /qgis-server {
       gzip off;
       include fastcgi_params;
       fastcgi_pass qgis-server_backend;
   }
}

Redémarrez maintenant NGINX pour que la nouvelle configuration soit prise en compte:

systemctl restart nginx

Merci à Oslandia d’avoir partagé leur tutoriel.

2.1.3. Xvfb

QGIS Server a besoin d’un serveur X en cours d’exécution pour être pleinement utilisable, en particulier pour l’impression. Sur les serveurs, il est généralement recommandé de ne pas l’installer, vous pouvez donc utiliser xvfb pour avoir un environnement X virtuel.

Si vous exécutez le serveur dans un environnement graphique/X11 alors pas besoin d’installer xvfb. Plus d’infos à https://www.itopen.it/qgis-server-setup-notes/.

Pour installer ce paquet :

apt install xvfb

Créez le fichier de service, /etc/systemd/system/xvfb.service, avec ce contenu :

[Unit]
Description=X Virtual Frame Buffer Service
After=network.target

[Service]
ExecStart=/usr/bin/Xvfb :99 -screen 0 1024x768x24 -ac +extension GLX +render -noreset

[Install]
WantedBy=multi-user.target

Activer, démarrer et vérifier le statut de xvfb.service:

systemctl enable --now xvfb.service
systemctl status xvfb.service

Ensuite, selon votre serveur HTTP, vous devez configurer le paramètre DISPLAY ou utiliser directement xvfb-run.

2.1.3.1. Avec Apache

Ensuite, vous pouvez configurer le paramètre DISPLAY.

Avec Apache, il vous suffit d’ajouter à votre configuration FastCGI (voir ci-dessus) :

FcgidInitialEnv DISPLAY       ":99"

Redémarrez maintenant Apache pour que la nouvelle configuration soit prise en compte :

systemctl restart apache2

2.1.3.2. Avec NGINX

Vous pouvez alors utiliser directement xvfb-run ou configurer le paramètre DISPLAY.

  • Avec spawn-fcgi utilisant xvfb-run :

    xvfb-run /usr/bin/spawn-fcgi -f /usr/lib/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi \
                                 -s /tmp/qgisserver.socket \
                                 -G www-data -U www-data -n
    
  • Avec la variable d’environnement DISPLAY dans la configuration du serveur HTTP.

    fastcgi_param  DISPLAY       ":99";
    

2.2. Installation sous Windows

QGIS Server peut également être installé sur les systèmes Windows. Bien que le package QGIS Server soit disponible dans la version 64 bits du programme d’installation réseau OSGeo4W (https://qgis.org/en/site/forusers/download.html), aucun package Apache (ou autre serveur Web) n’est disponible, donc cela doit être installé par d’autres moyens.

Une procédure simple est la suivante:

../../_images/qgis_server_windows1.png
  • Téléchargez le programme d’installation d’OSGeo4W, suivez « Installation avancée » et installez les packages QGIS Desktop et QGIS Server

../../_images/qgis_server_windows2.png
  • Modifiez le fichier httpd.conf ( C:\xampp\apache\conf\httpd.conf si les chemins d’installation par défaut ont été utilisés) et apportez les modifications suivantes:

De :

ScriptAlias /cgi-bin/ "C:/xampp/cgi-bin/"

À :

ScriptAlias /cgi-bin/ "C:/OSGeo4W64/apps/qgis/bin/"

De :

<Directory "C:/xampp/cgi-bin">
    AllowOverride None
    Options None
    Require all granted
</Directory>

À :

<Directory "C:/OSGeo4W64/apps/qgis/bin">
    SetHandler cgi-script
    AllowOverride None
    Options ExecCGI
    Order allow,deny
    Allow from all
    Require all granted
</Directory>

De :

AddHandler cgi-script .cgi .pl .asp

À :

AddHandler cgi-script .cgi .pl .asp .exe

Puis ajoutez à la fin de httpd.conf :

SetEnv GDAL_DATA "C:\OSGeo4W64\share\gdal"
SetEnv QGIS_AUTH_DB_DIR_PATH "C:\OSGeo4W64\apps\qgis\resources"
SetEnv PYTHONHOME "C:\OSGeo4W64\apps\Python37"
SetEnv PATH "C:\OSGeo4W64\bin;C:\OSGeo4W64\apps\qgis\bin;C:\OSGeo4W64\apps\Qt5\bin;C:\WINDOWS\system32;C:\WINDOWS;C:\WINDOWS\System32\Wbem"
SetEnv QGIS_PREFIX_PATH "C:\OSGeo4W64\apps\qgis"
SetEnv QT_PLUGIN_PATH "C:\OSGeo4W64\apps\qgis\qtplugins;C:\OSGeo4W64\apps\Qt5\plugins"

Redémarrez le serveur Web Apache à partir du panneau de configuration XAMPP et ouvrez la fenêtre du navigateur pour tester une demande GetCapabilities vers QGIS Server

http://localhost/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi.exe?SERVICE=WMS&VERSION=1.3.0&REQUEST=GetCapabilities

2.3. Publier un projet

Maintenant que QGIS Server est installé et fonctionne, il ne nous reste plus qu’à l’utiliser.

De toute évidence, nous avons besoin d’un projet QGIS pour travailler. Bien sûr, vous pouvez personnaliser entièrement votre projet en définissant les coordonnées, préciser certaines restrictions sur CRS ou même exclure certaines couches. Tout ce que vous devez savoir à ce sujet est décrit plus loin dans Configurer votre projet.

Mais pour l’instant, nous allons utiliser un projet simple déjà configuré et préalablement téléchargé dans /home/qgis/projects/world.qgs, comme décrit ci-dessus.

En ouvrant le projet et en jetant un coup d’œil sur les couches, nous savons que 4 couches sont actuellement disponibles:

  • airports

  • places

  • countries

  • countries_shapeburst

Vous n’avez pas besoin de comprendre la demande complète pour l’instant mais vous pouvez récupérer une carte avec certaines des couches précédentes grâce à QGIS Server en faisant quelque chose comme ceci dans votre navigateur Web pour récupérer la couche countries:

http://localhost/qgisserver?
  MAP=/home/qgis/projects/world.qgs&
  LAYERS=countries&
  SERVICE=WMS&
  REQUEST=GetMap&
  CRS=EPSG:4326&
  WIDTH=400&
  HEIGHT=200

Si vous obtenez l’image suivante, QGIS Server s’exécute correctement:

../../_images/server_basic_getmap.png

Fig. 2.1 Réponse du serveur à une demande GetMap de base

Notez que vous pouvez définir la variable d’environnement QGIS_PROJECT_FILE afin d’utiliser un projet par défaut au lieu de donner un paramètre MAP (voir Variables d’environnement).

Par exemple avec spawn-fcgi :

export QGIS_PROJECT_FILE=/home/qgis/projects/world.qgs
spawn-fcgi -f /usr/lib/bin/cgi-bin/qgis_mapserv.fcgi \
           -s /var/run/qgisserver.socket \
           -U www-data -G www-data -n

2.4. Configurer votre projet

Pour fournir des services WMS, WFS ou WCS via QGIS Server, il vous faut un fichier de projet QGIS avec des données à paramétrer. Définissez d’abord les couleurs et les styles des couches dans QGIS et le SCR du projet, s’ils ne sont pas déjà définis.

../../_images/ows_server_definition.png

Fig. 2.2 Définitions pour un projet WMS/WFS/WCS de QGIS Server

Ensuite, allez dans le menu QGIS Server de la boîte de dialogue Projet ► Propriétés… et fournissez des informations sur OWS dans les champs sous Capacités du Service. Cela apparaîtra dans la réponse GetCapabilities du WMS, WFS ou WCS. Si vous ne cochez pas checkbox Capacités du service, QGIS Server utilisera les informations fournies dans le fichier wms_metadata.xml situé dans le dossier cgi-bin.

2.4.1. Capacités WMS

Dans la section Capacités WMS, vous pouvez définir l’étendue publiée dans la réponse WMS GetCapabilities en entrant les valeurs X et Y minimales et maximales dans les champs sous Etendue publiée. En cliquant sur Utiliser l’étendue actuelle du canevas cela définit les valeurs actuellement affichées dans le canevas de carte QGIS. En cochant checkbox CRS restrictions, vous pouvez restreindre dans quels systèmes de référence de coordonnées (CRS) QGIS Server proposera de rendre les cartes. Il est recommandé de restreindre le CRS proposé car cela réduit la taille de la réponse WMS GetCapabilities. Utilisez le signPlus bouton ci-dessous pour sélectionner ces CRS dans le sélecteur de système de référence de coordonnées, ou cliquez sur Utilisé pour ajouter les CRS utilisés dans le projet QGIS à la liste.

Si vous avez défini des mises en page dans votre projet, elles seront listées dans la réponse GetProjectSettings et peuvent être utilisées par la requête GetPrint pour créer des impressions, en utilisant l’une des mises en page d’impression comme modèle. Il s’agit d’une extension spécifique à QGIS de la spécification WMS 1.3.0. Si vous souhaitez exclure toute mise en page d’impression de la publication WMS, cochez la case checkbox Exclure des mises en page et cliquez sur le bouton signPlus ci-dessous. Ensuite, sélectionnez une mise en page dans la boîte de dialogue Selectionner mise en page afin de l’ajouter à la liste des mises en page exclues.

Si vous souhaitez exclure une couche ou un groupe de couches de la publication WMS, checkbox Exclure couches et cliquez sur le signPlus bouton ci-dessous. Cela ouvre la boîte de dialogue Sélectionner les couches et groupes restreints, qui vous permet de choisir les couches et les groupes que vous ne souhaitez pas publier. Utilisez la touche Shift ou Ctrl si vous souhaitez sélectionner plusieurs entrées. Il est recommandé d’exclure de la publication les couches dont vous n’avez pas besoin car cela réduit la taille de la réponse WMS GetCapabilities, ce qui entraîne des temps de chargement plus rapides côté client.

Si vous cochez checkbox utiliser les id des couches, les ids de couche seront utilisés pour référencer les couches dans la réponse GetCapabilities ou le paramètre GetMap LAYERS. Sinon, le nom de la couche ou le nom court s’il est défini (voir Onglet QGIS Server) est utilisé.

Vous pouvez recevoir les GetFeatureInfo en texte brut, XML et GML. La valeur par défaut est XML.

Si vous le souhaitez, vous pouvez cocher la case checkbox Ajouter la géométrie à la réponse d’entité. Cela comprendra l’étendue pour chaque entité dans la réponse GetFeatureInfo. Voir aussi le paramètre WITH_GEOMETRY.

Comme de nombreux clients Web ne peuvent pas afficher d’arcs de cercle dans les géométries, vous avez la possibilité de segmenter la géométrie avant de l’envoyer au client dans une réponse GetFeatureInfo. Cela permet à ces clients d’afficher toujours la géométrie d’une entité (par exemple pour mettre en évidence l’entité). Vous devez checkbox Segmenter la géométrie des informations d’entité pour activer l’option.

Vous pouvez également utiliser l’option Précision de la géométrie GetFeatureInfo. Cela vous permet d’économiser de la bande passante lorsque vous n’avez pas besoin de la précision max.

Si vous souhaitez que QGIS Server publie des URL de demandes spécifiques dans la réponse WMS GetCapabilities, entrez l’URL correspondante dans le champ URL publiée.

De plus, vous pouvez restreindre la taille maximale des cartes renvoyées par la demande GetMap en entrant la largeur et la hauteur maximales dans les champs respectifs sous Maximum de requêtes GetMap.

Vous pouvez modifier le facteur Qualité d’image JPEG. Le paramètre de qualité doit être compris entre 0 et 100. Précisez 0 pour une compression maximale, 100 pour aucune compression.

Vous pouvez modifier la limite des entités de l’atlas à imprimer dans une requête en définissant le champ Nombre Entités maximums pour l’impression en atlas.

Lorsque QGIS Server est utilisé en mode tuilé (voir le paramètre TILED), vous pouvez définir le Tampon de tuiles en pixels. La valeur recommandée est la taille du plus grand symbole ou de la plus grande largeur de ligne dans votre projet QGIS.

Si une de vos couches utilise l’affichage d’indication de carte (pour afficher du texte issu d’expressions), cette dernière sera listée dans la sortie GetFeatureInfo. Si la couche utilise une Valeur Relationnelle pour un de ses attributs, cette information sera également renvoyée dans la sortie GetFeatureInfo.

2.4.2. Capacités WFS

Dans la partie Capacités WFS, vous pouvez sélectionner les couches que vous voulez publier en WFS et indiquer si elle permettent les opérations de mise à jour, d’insertion et de suppression. Si vous ajoutez une URL dans le champ URL publiée des Capacités WFS, QGIS Server annoncera cette URL spécifique dans la réponse WFS GetCapabilities.

2.4.3. Capacités WCS

Dans la partie Capacités WCS, vous pouvez sélectionner les couches qui vous voulez publier en WCS. Si vous indiquez une URL dans le champ URL publiée de la section Capacités WCS, QGIS Server annoncera cette URL spécifique dans la réponse WCS GetCapabilities.

2.4.4. Bien configurer votre OWS

Pour les couches vectorielles, le menu Champs de la boîte de dialogue Couche ► Propriétés de la couche vous permet de définir pour chaque attribut s’il sera publié ou non. Par défaut, tous les attributs sont publiés en WMS et WFS. Si vous ne voulez pas qu’un attribut spécifique soit publié, décochez la case correspondante dans la colonne WMS ou WFS.

Vous pouvez superposer des filigranes sur les cartes produites par votre WMS en ajoutant des annotations de texte ou des annotations SVG au fichier de projet. Voir la section Outils d’annotation pour des instructions sur la création d’annotations. Pour que les annotations soient affichées sous forme de filigranes sur la sortie WMS, la case à cocher Position de la carte fixe dans la boîte de dialogue Texte d’annotation doit être décochée. Vous pouvez y accéder en double-cliquant sur l’annotation alors que l’un des outils d’annotation est actif. Pour les annotations SVG, vous devrez soit définir le projet pour enregistrer des chemins absolus (dans le menu Général de Projet ► Propriétés…) soit modifier manuellement le chemin d’accès à l’image SVG afin qu’elle représente un chemin relatif valide.

2.5. Intégration avec des applications tierces

QGIS Server fournit des services cartographiques web conformes aux standards de l’OGC tels que le WMS, WFS, etc.. De ce fait, il peut être utilisé par une grande variété de logiciels.

2.5.1. Intégration avec QGIS

QGIS Desktop est l’outil de « design » de la carte alors que QGIS Server permet de publier celle-ci. Les cartes ou projets QGIS seront publiés par QGIS Server selon les protocoles et standards OGC. Ces projets QGIS peuvent être sous forme de fichiers sur disque ou d’entrées de bases de données (via Projet ► Enregistrer sous ► PostgreSQL depuis QGIS Desktop).

En outre, une procédure dédiée de mise à jour doit être établie pour rafraîchir le projet utilisé par QGIS Server (c’est-à-dire, copier les fichiers projets dans l’emplacement du serveur et redémarrer QGIS Server). Pour le moment, les processus automatisés (tels que le rechargement du serveur par dessus le service de file d’attente de messages) ne sont pas implémentés.

2.5.2. Intégration avec MapProxy

MapProxy est un serveur de cache de tuiles pouvant se connecter à tout serveur cartographique respectant les protocoles WMS/WMTS. De ce fait, il peut se connecter directement aux services web cartographiques de QGIS Server et ainsi améliorer l’expérience utilisateur.

2.5.3. Intégration avec QWC2

QWC2 est une application web responsive dédiée à QGIS Server. Il vous aide à construire un visualiseur de carte hautement personnalisé avec sélection de couches, informations sur les entités… En outre, de multiples extensions sont disponibles notamment pour l’authentification, l’impression… La liste complète est disponible sur ce dépôt.