Outdated version of the documentation. Find the latest one here.

Analyse Spatiale de Vecteurs (Zones tampon)

gentleLogo

Objectifs :

Comprendre l’utilisation des tampons dans les analyses spatiales de vecteurs.

Mots clés :

Vecteur, zone tampon, analyse spatiale, distance de tampon, dissoudre les limites, tampon vers l’extérieur et vers l’intérieur, tampons multiples

Aperçu

L’analyse spatiale est le processus de manipulation de l’information spatiale pour en extraire une nouvelle information ou l’interprétation des données originelles. Habituellement, l’analyse spatiale est réalisée avec un Système d’Information Géographique (SIG). Un SIG fournit généralement des outils d’analyses spatiales pour faire des statistiques sur les entités (ex: combien de sommets forment ce polygone ?) ou des géo-traitements comme les tampons autour des entités. Les types d’analyses spatiales varient suivant les sujets d’intérêt. En hydrologie, les utilisateurs souligneront probablement l’importance de l’analyse de terrain et de la modélisation hydrologique. Dans la gestion de la faune sauvage, les utilisateurs seront intéressés par des fonctions analytiques traitant de la localisation de la faune sauvage et leurs relations à l’environnement. Dans ce chapitre, nous évoquerons la création de tampon comme un exemple d’analyse spatiale pouvant être lancée sur des données vecteur.

La création de tampons en détails

La création de tampon créé généralement deux surfaces: l’une à l’intérieur d’une distance paramétrée des entités, l’autre, à l’extérieur. La surface qui est à l’intérieur de la distance est appelée zone tampon.

Une zone tampon est une surface permettant d’évaluer la distance entre des entités réelles. Les zones tampons sont souvent créées pour définir des emprises de protection de l’environnement, pour la protection des zones résidentielles et commerciales contre les risques industriels ou naturels, ou pour prévenir la violence. Une utilisation typique des zones tampon sont les ceintures vertes entre les surfaces résidentielles et les commerciales, les zones frontalières entre les pays (voir figure_buffer_zone), les zones de protection contre le bruit autour des aéroports ou encore les zones de protection le long des rivières.

Figure Buffer Zone 1:

../../_images/buffer_zone.png

La frontière entre les Etats-Unis d’Amérique et le Mexique est séparée par une zone tampon (photo prise par le sergeant Jim Greenhill en 2006).

Dans une application SIG, les zones tampon sont toujours représentées comme des polygones vectoriels qui entourent d’autres polygones, lignes ou points (voir figure_point_buffer, figure_line_buffer, ).

Figure Point Buffer 1:

../../_images/point_buffer.png

Une zone tampon autour de points.

Figure Line Buffer 1:

../../_images/line_buffer.png

Une zone tampon autour de polyligne.

Figure Polygon Buffer 1:

../../_images/polygon_buffer.png

Une zone tampon autour de polyligne.

Variantes des tampons

Il existe plusieurs variables dans les tampons. La distance tampon ou la taille du tampon peut varier suivant des valeurs numériques fournies par un attribut de la couche vecteur pour chaque entité. Les valeurs numériques doivent être définies en unités de la carte selon le Système de Coordonnées de Référence (SCR) utilisé par les données. Par exemple, la largeur d’une zone tampon le long des berges d’une rivière peut varier suivant l’utilisation des terrains adjacents. Pour les zones de cultures intensives, la distance tampon peut être plus grosse que pour l’agriculture biologique (voir l’illustration figure_variable_buffer et Table table_buffer_attributes).

Figure Variable Buffer 1:

../../_images/variable_buffer.png

Tampons autour des rivières avec différentes distances tampon.

Rivière

Utilisation du terrain adjacent

Distance tampon (mètres)

Breede River

Cultures intensives

100
Komati

Culture intensive du coton

150
Oranje

Agriculture biologique

50
Telle river

Agriculture biologique

50

Table des attributs de tampon 1: Table d’attributs avec différentes distances tampon pour les rivières selon l’utilisation du terrain adjacent.

Les tampons autour des polylignes comme les rivières ou les routes n’ont pas besoin d’être situés de chaque côté des lignes. Ils peuvent être soit du côté gauche, soit du côté droit de l’entité linéaire. Dans ces cas, le côté est déterminé par la direction allant du point de départ au point terminal de la ligne lors de la numérisation de l’entité.

Zones tampons multiples

Une entité peut avoir plus d’une zone tampon. Une centrale nucléaire peut avoir des tampons avec des distances de 10, 15, 25 et 30 km pour former plusieurs anneaux autour de la central qui servent à établir les plans d’évacuation (voir figure_multiple_buffers).

Figure Multiple Buffers 1:

../../_images/multiple_buffers.png

Tampons autour d’un point avec des distances de 10, 15, 25 et 30 km.

Créer des tampons avec des bordures dissoutes ou intactes

Les zones tampons ont souvent des limites dissoutes de manière à ce qu’aucune surface ne vienne recouvrir l’autre dans les zones tampons. Dans certains, il est parfois utile de conserver ces limites intactes de manière à ce que chaque zone tampon soit un polygone spécifique et que vous puissiez identifier les surfaces qui se recouvrent (voir Image figure_buffer_dissolve).

Figure Dissolve Buffers 1:

../../_images/buffer_dissolve.png

Zones tampon avec des limites dissoutes (gauche) et intactes (droite), montrant les surfaces se recouvrant.

Créer des tampons à l’extérieur ou à l’intérieur

Les zones tampon autour des entités polygones sont généralement étendues vers l’extérieur des limites du polygone. Mais il est également possible de créer des zones tampon à l’intérieur. Par exemple, le département du tourisme veut planifier une nouvelle route autour de Robben Island. Les lois sur l’environnement imposent que la route soit au moins à 200m à l’intérieur du trait de côte. Le département peut utiliser un tampon intérieur pour trouver la ligne de 200m à l’intérieur des terres et planifier que la route ne puisse aller au delà.

Problèmes courants / Choses à savoir

La plupart des applications SIG permettent de créer des tampons mais les options de création peuvent varier. Par exemple, toutes les applications SIG ne savent pas créer un tampon soit à droite soit à gaiche d’une entité linéaire, ne savent pas dissoudre les limites des zones tampon ou créer des tampons internes à une limite de polygone.

Une distance tampon doit être définie sous la forme d’un nombre entier ou d’un nombre décimal (à virgule). Cette valeur est exprimée en unités de la carte (mètres, pieds, degrés décimaux) selon le Système de Coordonnées de Référence (SCR) de la couche vecteur.

Plus d’outils d’analyse spatiale

La création de tampon est un outil d’analyse spatiale important et souvent utilisé mais il en existe d’autres qui peuvent être utilisés dans un SIG et explorés par l’utilisateur.

Le recouvrement spatial est un processus qui permet d’identifier les relations entre deux entités de polygone qui partagent leur surface ou une partie de cette surface ensemble. La couche vecteur qui en résulte est une combinaison des information des entités d’entrée (voir figure_overlay_operations).

Figure Overlay Operations 1:

../../_images/overlay_operations.png

Recouvrement spatial de deux couches vecteur(a_input = rectangle, b_input = circle). La couche vecteur résultante est affichée en vert.

Quelques exemples de recouvrement spatiaux typiques:

  • Intersection: La couche de sortie contient toutes les surfaces qui recouvrent les deux couches (intersection).

  • Union: La couche de sortie contient toutes les surfaces combinées des deux couches vecteurs.

  • Différence symétrique: La couche de sortie contient toutes les surfaces des couches d’entrées sauf les surfaces où les deux couches se recouvrent (intersection).

  • Différence: La couche de sortie contient toutes les surfaces de la première couche d’entrée qui ne recouvrent pas (intersection) la seconde couche d’entrée.

Qu’avons-nous appris?

Faisons le point sur ce que nous avons abordé dans cette partie:

  • Les zones tampons décrivent des aires autour des entités du monde réel.

  • Les zones tampons sont toujours des polygones vecteurs.

  • Une entité peut avoir de multiples zones tampons.

  • La taille d’une zone tampon est définie par une distance tampon.

  • Une distance tampon est un nombre entier ou décimal.

  • Une distance tampon peut être différente pour chaque entité d’une couche vecteur.

  • Les tampons de polygones peuvent être créés à ‘lintérieur ou à l’extérieur de la limite du polygone.

  • Les zones tampons peuvent être créées avec des bordures dissoutes ou intactes

  • Au delà de la création de tampon, un SIG fournit généralement un grand nombre d’outils d’analyse vectorielle pour résoudre des tâches spatiales.

Maintenant, essayez !

Voici quelques pistes d’actions à essayer avec vos élèves:

  • En raison de l’augmentation dramatique du traffic automobile, les ubranistes veulent élargir la route principale et ajouter une seconde voie. Créez un tampon autour de la route pour trouver les propriétés qui se trouvent dans la zone tampon (voir figure_buffer_road).

  • Pour contrôler les manifestations, la police veut établir une zone neutre située au moins à 100m d’un bâtiment. Créez un tampon autour du batiment et colorisez-le de manière à ce que les organisateurs de la manifestation puisse voir la zone tampon.

  • Une usine de camions veut s’étendre. Le critère d’établissement stipule que le site potentiel doit être à moins d‘1km d’une route à fort tonnage. Créez un tampon autour de la route principale pour voir quels sont les sites potentiels.

  • Imaginez que la ville désire introduire une loi qui stipule qu’aucun vendeur d’alcool ne soit situé à moins de 1000m d’une école ou d’une église. Créez un tampon de 1 km autour de votre école et vérifiez s’il y a des vendeurs d’alcool dans cette emprise.

Figure Buffer Road 1:

../../_images/buffer_road.png

Zone tampon (vert) autour d’une carte de routes (marron). Vous pouvez voir quelles maisons sont dans la zone tampon pour contacter le propriétaire et discuter avec lui de la situation.

A retenir

Si vous n’avez pas d’ordinateur à disposition, vous pouvez utiliser une carte topographique et un compas pour créer des zones tampon autour des bâtiments. Utilisez des marques au crayon a égale distance de votre entité en utilisant le compas. Ensuite, connectez les marques en utilisant une règle !

Pour aller plus loin

Livres :

  • Galati, Stephen R. (2006). Geographic Information Systems Demystified. Artech House Inc. ISBN: 158053533X
  • Chang, Kang-Tsung (2006). Introduction to Geographic Information Systems. 3rd Edition. McGraw Hill. ISBN: 0070658986
  • DeMers, Michael N. (2005). Fundamentals of Geographic Information Systems. 3rd Edition. Wiley. ISBN: 9814126195

Sites Web :

Le Guide de l’Utilisateur de QGIS fournit aussi des informations plus détaillées sur l’analyse de données vectorielles dans QGIS.

La suite ?

Dans la section suivante, nous aborderons l’Interpolation, un exemple d’analyse spatiale possible sur les données raster.