Fonctionnalités

QGIS offre beaucoup d’outils SIG standards par défaut et via les extensions de multiples contributeurs. Voici un bref résumé en six catégories qui vous donnera un premier aperçu.

Visualiser des données

Vous pouvez afficher et superposer des couches de données rasters et vecteurs dans différents formats et projections sans avoir à faire de conversion dans un format commun. Les formats supportés incluent :

  • les tables spatiales PostGIS,SpatiaLite et MSSQL Spatial, les formats vecteurs supportés par la bibliothèque OGR installée, ce qui inclut les fichiers de forme ESRI (shapefiles), MapInfo, SDTS, GML et beaucoup d’autres, voir section Les données vectorielles.

  • les formats raster supportés par la bibliothèque GDAL (Geospatial Data Abstraction Library) tels que GeoTiff, Erdas img., ArcInfo ascii grid, JPEG, PNG et beaucoup d’autres, voir section Les données raster.

  • les formats raster et vecteur provenant des bases de données GRASS, voir section Intégration du SIG GRASS.

  • les données spatiales provenant des services réseaux compatibles OGC comme le Web Map Service (WMS) ou le Web Feature Service (WFS) (voir la section Les données OGC).

  • les données OpenStreetMap, voir section OpenStreetMap.

Parcourir les données et créer des cartes

Vous pouvez créer des cartes et les parcourir de manière interactive avec une interface intuitive. Les outils disponibles dans l’interface sont :

  • l’explorateur QGIS (QGIS browser)

  • la projection à la volée

  • la composition de carte

  • le panneau d’aperçu

  • les signets géospatiaux

  • l’identification et la sélection des entités

  • l’affichage, l’édition et la recherche de données attribuaires

  • l’étiquetage des entités

  • la personnalisation de la sémiologie des données raster et vecteur

  • l’ajout d’une couche de graticule - maintenant via l’extension fTools en tant que décoration

  • l’ajout d’une barre d’échelle, d’une flèche indiquant le nord et d’une étiquette de droits d’auteur

  • la sauvegarde et le chargement de projets

Créer, éditer, gérer et exporter des données

Vous pouvez créer, éditer, gérer et exporter des données vectorielles dans plusieurs formats. Les données raster doivent être importées dans GRASS pour être exportées dans d’autres formats. QGIS permet ce qui suit :

  • Numérisation pour les formats gérés par OGR et les couches vectorielles de GRASS

  • Création et éditiont des fichiers de forme (shapefiles) et des couches vectorielles de GRASS

  • Géoréférencement des images avec l’extension de géoréférencement

  • Importation, exportation du format GPX pour les données GPS, avec la conversion des autres formats GPS vers le GPX ou l’envoi, la réception directement vers une unité GPS (pour Linux, le port USB a été ajouté à la liste des ports utilisables)

  • Visualisation et édition des données OpenStreetMap

  • Création de couches PostGIS à partir de fichiers shapefiles grâce au module d’extension SPIT

  • Prise en charge améliorée des tables PostGIS

  • Gestion des attributs des couches vectorielles grâce à la nouvelle table (voir la section Travailler avec la table d’attributs) ou avec l’extension Table Manager

  • Enregistrement de captures d’écran en tant qu’images géoréférencées

Analyser les données

Vous pouvez opérer des analyses spatiales sur des données PostgreSQL/PostGIS et autres formats OGR en utilisant l’extension fTools. QGIS permet actuellement l’analyse vectorielle, l’échantillonnage, le géotraitement, la gestion de la géométrie et des bases de données. Vous pouvez aussi utiliser les outils GRASS intégrés qui comportent plus de 400 modules (voir section Intégration du SIG GRASS). Vous pouvez travailler avec SEXTANTE qui est un puissant framework de géotraitement et d’analyse permettant d’appeler les fonctions intégrées à QGIS tels que GDAL, SAGA, GRASS, fTools et bien d’autres encore (voir section SEXTANTE).

Publier une carte sur Internet

QGIS peut être employé pour exporter des données vers un mapfile et le publier sur Internet via un serveur web employant l’UMN MapServer. QGIS peut aussi servir de client WMS,WMS-C, WFS et WFS-T ou de serveur WMS/WFS (voir section Les données OGC).

Étendre les fonctionnalités de QGIS grâce à des extensions

QGIS peut être adapté à vos besoins particuliers du fait de son architecture extensible à base de modules. QGIS fournit des bibliothèques qui peuvent être employées pour créer des extensions, vous pouvez même créer de nouvelles applications en C++ ou python !

Extensions principales

  1. Ajouter une couche de texte délimité (charge et affiche des fichiers texte ayant des colonnes contenant des coordonnées XY).

  2. Saisie de coordonnées (Enregistre les coordonnées du pointeur de la souris dans un SCR différent).

  3. DB Manager (Edition et visualisation des couches et des tables, execution de requêtes SQL).

  4. Diagramme incrustés (place des diagrammes sur une couche vectorielle).

  5. Convertisseur Dxf2Shp (convertit les fichiers DXF en fichier SHP).

  6. Outils GPS (importe et exporte des données GPS).

  7. GRASS (intégration du SIG GRASS).

  8. GDALTools (intègre les outils GDAL dans QGIS).

  9. Géoréférenceur GDAL (ajoute une projection à un raster).

  10. Carte de chaleur (génère des cartes de chaleur raster à partir de données ponctuelles).

  11. Extension d’interpolation (interpole une surface en utilisant une couche vectorielle de points).

  12. Export Mapserver (exporte un fichier de projet QGIS dans le format de carte de MapServer).

  13. Edition hors connexion (pemet l’édition hors connexion et la synchronisation avec une base de données).

  14. Extension OpenStreetMap (permet de visualiser et d’éditer des données OSM).

  15. Support des GeoRaster d’Oracle Spatial.

  16. Installateur d’extensions python (télécharge et installe des extensions python pour QGIS).

  17. Analyse de terrain raster (traitements raster de données d’élévation).

  18. Extension de graphe routier (analyse du chemin le plus court sur un réseau).

  19. SPIT (outil d’importation de Shapefile vers PostgreSQL/PostGIS).

  20. Extension SQL Anywhere (stocke les couches vectorielles dans une base de données SQL Anywhere).

  21. Statistiques zonales (Calcule le nombre, la somme et la moyenne des valeurs d’un raster par zones définies par une couche de polygones).

  22. Extension de requête spatiale (effectue des requêtes spatiales sur les couches vectorielles).

  23. eVIS (outils de visualisation d’évènements).

  24. fTools (outils d’analyse et de gestion de vecteurs).

Extensions Python externes

QGIS offre un nombre croissant d’extensions complémentaires en Python fournies par la communauté. Ces extensions sont entreposées dans le dépot officiel et peuvent être facilement installées en utilisant l’extension d’installation Python (voir la section Installer une extension externe).

Quoi de neuf dans la version 1.8

Veuillez noter que cette version est un jalon important dans la série des versions. Comme tel, elle intègre de nouvelles fonctionnalités et étend l’interface de programmation par rapport aux versions QGIS 1.0.x and QGIS 1.7.0. Nous recommandons d’utiliser cette version préférentiellement aux précédentes.

Cette version inclut des centaines de résolutions de problèmes, ainsi que des améliorations et de nouvelles fonctionnalités décrites dans ce manuel.

Explorateur QGIS (QGIS browser)

Une application indépendante et un nouveau panneau dans QGIS. L’explorateur permet de naviguer facilement parmi vos fichiers et vos bases de données (PostGIS, WFS, etc.), de les visualiser et de les glisser-déposer dans QGIS.

DB Manager

DB manager fait maintenant officiellement partie du coeur de QGIS. Vous pouvez glisser des couches depuis l’explorateur QGIS vers DB Manager, elles seront importées dans votre base de données spatiale. Vous pouvez déplacer de la même manière des tables entre des bases de données. Vous pouvez utiliser DB Manager pour exécuter des requêtes et visualiser le résultat dans QGIS. Vous pouvez également créer, éditer, supprimer et vider des tables et les déplacer vers un autre schéma.

Extension d’analyse de terrain

Une nouvelle extension principale a été ajoutée pour effectuer des analyses de terrain (pente, exposition, ombrage, relief, index de de rugosité).

Nouveaux types de symboles

  • Motifs de lignes

  • Motifs de points

  • Symboles elliptiques (rendu elliptique y compris pour des rectangles, triangles, croix, etc.)

Nouveau dépôt d’extensions

Notez que par défaut l’ancien dépôt n’est plus supporté, il est demandé aux auteurs d’extensions de bien vouloir déplacer leurs extensions vers le nouveau dépôt. Vous trouverez la liste des extensions QGIS sur http://plugins.qgis.org/plugins/.

Beaucoup de nouvelles fonctionnalités

  • Possibilité d’inclure des projets dans d’autres projets

  • Possibilité de créer un nouveau groupe pour un ensemble de couches sélectionnées

  • Journal des messages : permet de garder un oeil sur les messages générés par QGIS lors des chargements et des traitements

  • Personnalisation de QGIS : permet de définir une interface simplifiée de QGIS en cachant différents composants de la fenêtre principale et autres éléments des fenêtres

  • L’outil d’exécution des actions est maintenant accessible depuis la barre d’outils Attributs et vous permet de cliquer sur une entité pour exécuter directement l’action

  • Liste d’échelles prédéfinies

  • Déplacer la carte jusqu’à la sélection : recentre la carte sur les entités sélectionnées sans changer le niveau de zoom

  • Copier-coller des styles entre des couches

  • Mise à jour de la fenêtre des SCR

  • Possibilité de définir un ordre des couches dans la légende différent de l’ordre de superposition

  • Support de MSSQL Spatia - vous pouvez maintenant vous connecter à des bases de données spatiales Microsoft SQL Server dans QGIS

  • Le composeur d’impression permet les retours à la ligne dans la légende grâce à un caractère spécifié

  • Étiquetage basé sur une expression

  • Carte de chaleur (une nouvelle extension principale qui génère des cartes de chaleur raster à partir de données ponctuelles)

  • L’interface de suivi de trace GPS a été remaniée et beaucoup de corrections et d’améliorations y ont été ajoutées

  • Les menus ont été réorganisés - nous avons maintenant des menus Vecteur, Raster et Web séparés et beaucoup d’extensions ont été mises à jour pour insérer leur menu dans les nouveaux menus Vecteur, Raster, Web et autres menus principaux

  • Déplacement de courbes - un nouvel outil de numérisation a été ajouté

  • Nouveaux outils dans le menu Vecteur pour Densifier les géométries et Créer un index spatial

  • L’outil d’export/ajout de colonne géométrique geometry peut utiliser au choix le SCR de la couche, du projet ou les mesures de l’ellispoïde

  • Vue arborescente pour le moteur de rendu basé sur des régles

  • Améliorations des signets géospatiaux

  • Nouveau fichier metadata.txt pour gérer les métadonnées des extensions

  • Refonte du pilote postgres : support des clés arbitraires (incluant celles non-numériques et multi-colonnnes), possibilité de limiter une requête sur un type de géométrie ou un SRID

  • Ajout de l’option gdal_fillnodata à l’extension GDALTools

  • Support du type TopoGeometry pour PostGIS

  • Bindings Python pour les couches de symboles vectoriels basés sur des champs et mise à jour générale des bindings Python

  • Progamme de test de performances

  • Mise en cache des lignes de la table attributaire

  • Outil de génération d’UUID pour la table attributaire

  • Ajout du support de l’édition de vue dans les bases de données SpatiaLite

  • Outil basé sur les expressions dans la calculatrice de champ

  • Création de couches évenementielles dans la bibliothèque d’analyse utilisant le référencement linéaire

  • Chargement/sauvegarde des styles de la nouvelle symbologie depuis/vers un fichier SLD

  • QGIS Server peut maintenant agir comme serveur WFS

  • Support WFS dans QGIS Server

  • Option permettant d’exclure les informations de géométrie WKT lors de copies de la table attributaire

  • Support de l’utilisation de couches archivées dans des zip/gzip

  • Exécution quotidienne de tous les tests sur les principales plateformes

  • Vous pouvez définir la taille des dalles pour les couches WMS